Le mime en entrevue : Ze Ping Pong

Q 1 : Ze Ping Pong est une métaphore sur la défaite de l’homme par l’homme. Comment le mime vit-il avec la défaite infligée par le mime?

Comme le dit le dicton hébreux, «In Defectum Fectum». La défaite fait l’homme. Ce qui veut dire, c’est en perdant qu’on apprend à gagner. Dans la mesure où on ne perd pas constamment.

Q 2 : Est-ce vrai qu’un mime doit avoir de gros poignets?

À bon poignet, on porte main forte… Ça c’est une fille de Mascouche qui m’a dit ça. Mais dans le cas du mime. Peu importe le poignet, tant qu’il y a une main au bout, il y a possibilité de mime. Sinon on double l’incompréhension. Il faut imaginer: et la main et ce qu’elle fait.

Q 3 : On dit que vous n’avez pas autorisé les dons d’organes de peur qu’on vous les prélève à la fin des épisodes. Est-ce une légende urbaine?

Non… Les salauds, ils ont défoncer ma porte à plusieurs reprise, croyant trouver un cadavre, mais je suis toujours là. Car comme le dit le dicton montagnais: c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses.

Mots-clefs : , , , , , ,

Laisser une réponse